La Gourde des Neiges, une espèce en voie d’aparition !

Quelque part entre Laguiole et Aubrac, il fait moins cinq degrés et les pieds du photographe s’enfoncent dans 30 cm de neige fraîche. Le photographe ? Mister Gourde, en plein reportage sur la Gourde des neiges pour le National Geographic.

La Gourde des neiges est facilement reconnaissable à sa robe colorée, typique de cette saison là. C’est qu’elle se refuse à porter des couleurs sombres l’hiver, la Gourde. D’un naturel joueur, elle aime lancer des boules de neige à ses prédateurs, et approche volontiers les humains si elle flaire un bon thé bien chaud. (NB : marche aussi pour bière fraiche/mojito)

 

Beau spécimen que cette Gourde des neiges, n’est ce pas  ?

Notez l’effet camouflage, des flamants blancs en pleine neige, on y croirait !

Le tissu vient de chez Tissus Reine à Paris, il m’a été offert par mon amie Flo alias By The Way (que vous pourrez retrouver en cours de couture à Paris). C’est un sweat ultra confortable jaune moutarde – oui, elle me connait bien – avec juste ce qu’il faut de motif pour ne pas avoir l’air d’une tapisserie tropicale. Ça, c’était sans compter sur la remarque de Mister Gourde à la fin du shooting : « on dirait un peu qu’elle est cousue dans du papier crépon ta robe. » Ya des fois où il vaudrait mieux être sourde que d’entendre ça, moi qui considère ce tissu comme la trouvaille de l’année !

Le patron est un magnifique bidouillage maison, avec pinces poitrines et col claudine dans un jersey ramené de Tokyo.

J’ai aussi fait une fente dans le dos pour passer un ruban noir récupéré je ne sais plus où. (Vive la récup !) Le tout tient avec une parementure dans le jersey blanc, j’avais un peu peur de la surépaisseur au niveau du col, mais ça passe.

Le vrai record de cette robe, c’est que j’ai réussi à la patronner, couper le tissu et la coudre en un seul week end, lors de siestes de Bébé Gourde. Avec tous les projets pro sur le feu, je saisis rarement l’occasion de me libérer du temps de couture perso, et pourtant, ça fait un bien fou ! Je suis repartie de plus belle après cet interlude égoïste !

J’espère que ces quelques photos de l’Aubrac vous plairont, c’est un endroit que nous aimons beaucoup. Les grands espaces, le grand air, c’est un endroit assez fascinant. A chaque saison sa spécialité : la neige l’hiver (pssst, tu savais qu’il y avait des stations de ski en Aveyron ?), les jonquilles au printemps, et le frais l’été ! Et bien sur, de l’aligot toute l’année – et puis les couteaux de Laguiole, les vaches Aubrac, le fromage, … A toute fins utiles, un petit lien vers l’Office de Tourisme du coin pour venir vérifier par toi-même ! Et comme tu ne seras qu’à une heure de route de Rodez, ce serait dommage de ne pas passer me faire un coucou !

Une dernière photo pour la route (jeu de mot pourri : + 100 points)

7 réflexions au sujet de “La Gourde des Neiges, une espèce en voie d’aparition !

  1. Très jolie robe! Et je suis d’accord: j’adore l’Aubrac (et l’Auvergne aussi)! Merci pour les photos enneigées et ensoleillées, ça fait plaisir!

  2. La gourde est robuste, la gourde n’a pas froid, la gourde est belle dans sa robe moutarde qui lui va si bien…oui, oui Mister Gourde!!!encore bravo!
    Tata Agnès.

N'hésitez pas à laisser un petit message sur cette page !