Imprimer du tissu

Il y a quelques mois, une amie m’a donné des draps anciens de sa mamie. Comme elle était enceinte, je voulais trouver une manière de réutiliser ses draps pour faire un petit cadeau à sa petite et ainsi transmettre symboliquement ce tissu. Sauf qu’avec des draps aussi épais, ce n’était pas facile de trouver un truc compatible pour la peau d’un nouveau né. Oui, on fait plus confortable comme draps de nos jours! Et puis en fouillant dans mon étagère, je suis retombée sur mes tampons :

Il y a deux ans, quand nous habitions en Inde, nous sommes allés au musée du block printing au Rajasthan. (Clic clic ici pour lire mon article sur Thread and Needles et voir la vidéo). J’étais rentrée avec plusieurs tampons dont je m’étais servie sur du papier pour préparer des pochettes pour notre mariage.

Cette fois ci, j’ai voulu tenter l’expérience sur du tissu, en m’inspirant des bons conseils de la Fabutineuse. Son site est une vraie mine d’or pour des conseils tampons – en plus de proposer des tampons aux motifs délicats dans sa jolie boutique. Suivant ses bons conseils, j’ai acheté de l’encre Tsukineko VersaMagic à base d’eau sur Amazon (12€ le lot de 4 tampons encreurs) faute d’en trouver localement. Elle résiste au lavage et reste le meilleur compromis « taille de l’encreur – combo de couleurs – prix » que j’ai trouvé.

J’ai fait quelques essais avant de trouver le cocktail qui marche et te livre donc mes conseils de Gourde si jamais toi aussi tu veux te lancer :

  • Le support : choisis-le moelleux mais pas trop, pour permettre au tampon d’imprimer la fibre du tissu sans baver partout. J’ai utilisé la planche à repasser doublée d’une chute de tissu polaire pour éviter les accidents et ajouter du moelleux.

  • Le tissu : idéalement, plus le « grain » du tissu est fin, plus l’impression sera précise. Difficile dans mon cas vu que les draps sont assez épais. Bien sur, l’impression aurait été plus délicate sur des fibres plus fines. Mais au final j’aime bien ce côté un peu rustique mal imprimé. Dans tous les cas, il faut penser à laver le tissu avant pour enlever un possible apprêt qui empêcherait l’encre de se fixer.

  • L’encrage : attention à déposer la bonne quantité d’encre sur le tampon. Au risque d’enfoncer une porte ouverte, trop peu d’encre n’imprimerait pas assez le motif. Trop d’encre pourrait couler puis baver sur le tissu. Une pression répétée sur l’encreur fait parfois de petites bulles qui gâchent le travail. Bref, l’encre, c’est comme l’alcool, tout est une question de quantité !

 

  • La fixation : quand ton motif est imprimé, un coup de fer à repasser à peine chaud permettra de fixer la couleur. Pense à utiliser un torchon en guise de buvard. (J’allais écrire bavoir, je crois que ma nouvelle vie de maman me tape sur le système!)

Comme c’était mes premières impressions, je suis d’abord restée plutôt sage, puis j’ai quand même voulu tenter des motifs. La difficulté consiste à bien aligner les tampons pour donner une régularité. Mouais…

Une fois tous mes motifs imprimés, je me suis lancée dans la confection de petites pochettes à culottes en série. C’était juste avant Noël, l’occasion d’en offrir aux couturières de mon entourage… et à la petite fille de la mamie aux draps, ne l’oublions pas !

Attention, avalanche de pochettes :

Des roses…

des bleues …

et des bleues canard.

Les tissus à étoiles viennent du Japon, du temps où on ne trouvait pas partout ce motif. C’était bien la peine de lui avoir fait faire 10 000 km !

Alors tant pis pour le tissu de mouton, elles sont uniques mes pochettes ! Na !

Save

Save

Save

5 réflexions au sujet de “Imprimer du tissu

  1. Ce fut l’objet de mes premières tentatives de quiche-couture tellement j’en avais envie. J’ai acquis des tampons « vintage ou rétro qui présentent les caractéristiques de tampons usés. A l’expérience, pour doser l’encrage, je fais ma première application légère sur du papier journal pour éponger l’excès. J’avoue que l’encre des tampons s’efface un peu au fur et à mesure des lavages, une copinaute m’a donné un conseil : faire trempouiller, après le fixage au fer, dans du vinaigre blanc dilué pour encore mieux fixer, genre en guise de lavage après confection, avant de donner en kdo…….. Et aussi le papier transfert pour imprimer les et/ou détails photos, ça c’est génial !!. J’adore tes pochons !!!! bizz, Leelou

  2. Sympa l’article!! J’ai pendant longtemps chercher un moyen d’imprimer mes propres tissus. je suis également tombée sur youtube sur un tuto pour créer ses propres tampons avec des planches de gommes (j’ai jamais fais de gravure alors…) mais le prix et surtout la technicité demandent du temps et pas mal d’essais pour parvenir à un résultat satisfaisant. Pour ma part les pochoirs avec encres textiles que l’on trouve facilement sur le net ainsi que le papier transfert comme l’a évoqué Leelou sont les moyens les plus faciles et rapides pour imprimer ses textiles, à condition d’en faire sur de petites surfaces!

N'hésitez pas à laisser un petit message sur cette page !