La dernière fois qu’on a parlé blockprint, j’avais un sac plein de tampons fraichement rapportés du Rajasthan dont je ne savais pas vraiment me servir…

Je me suis lancée comme une grande un dimanche après midi, un peu à tatons. Bilan:  j’ai eu de la peinture jusqu’au coude, mais je suis plutôt contente du résultat. Viendez voir!

Il existe des tonnes de tutos sur le web (dont les articles très complets de La Fabutineuse sur le sujet.) Mais ici en Inde, point d’encreur pour loisirs créatifs, seulement des encreurs de bureau aux couleurs rédibitoires. Je me suis donc fabriquée mon propre encreur à partir d’une vingtaine de couches de doublure en coton blanc, découpées, épinglées et posées au fond d’un plat. Je les ai humidifiées sous le robinet puis tartinées de peinture jusqu’à ce que les couches soient bien imbibées.

Question peinture, là aussi, j’ai fait avec les moyens du bord et un vieux pot de gouache dorée. Pour mieux répartir la peinture et réencrer la bête, j’ai dérobé une spatule à Mister Gourde.

Et voilà le résultat!

J’ai un gros faible pour les chevrons et les pois! L’éléphant n’est pas mal non plus. Comme certains tampons étaient d’occasion, j’ai du les poncer un peu pour qu’ils soient bien plats et que le motif s’imprime bien.

Je ne peux pas vraiment vous en montrer plus, car ce sont des impressions pour le mariage… Et il y a des zoreilles qui trainent par ici!

Mais ce que je peux vous dire, c’est que depuis, j’ai essayé d’améliorer la technique en cousant toutes ces couches de tissus ensemble… Outre le fait que ça ressemble à une serviette hygiénique, ca va être plus pratique à encrer et à nettoyer!

Prochaine étape: faire pareil, mais sur du tissu!

A suivre!