Site en cours de finalisation ⌛

100 voeux et vous (3/3) & la nouvelle Gourde

Partager

Ca y est, l’assemblage de couverture aux 100 voeux de notre petite fille est terminée ! (Pour lire l’épisode 1, c’est ici. Le 2, c’est par là). Une aventure se termine, presque au même moment où une autre démarre – et pas des moindres :

Adèle

A rejoint la famille Gourde le 22 mars dernier !

Parents comblés, parents fatigués,
nous renouons avec le rythme de vie d’un nouveau né,
des doigts minuscules, des joues à croquer.
Cette petite n’aura donc pas attendu que je termine la couverture pour pointer le bout de son nez !

Retour en images sur l’assemblage:

Placer 209 carrés

Après de nombreuses recherches sur internet, sur des sites de patchwork ou des blogs de couturières qui ont déjà cousu des Bai Jia Bei (couverures aux cent voeux), j’ai décidé d’organiser les carrés par couleur, un carré blanc au centre, du bleu en haut à gauche, vert à droite, jaune en bas à droite et rouge à gauche. Ca, c’est pour la théorie. Reste la pratique : 209 carrés à placer n’a pas été une mince affaire !

Sur les bons conseils de ma tante, férue de patchwork, et avec l’ingéniosité de Mister Gourde, nous avons suspendu un grand drap à la verticale sur l’étagère au fond de notre lit. Nous avions la toile, il n’y avait plus qu’à y appliquer les couleurs. Chaque carré a été épinglé selon sa teinte, en 19 lignes et 11 colonnes, avec un dégradé à inventer. Un tableau de 2,30 m par 1,30 m tout de même !

Mister Gourde et ma mère m’ont aidé à les placer. Mention spéciale pour Mister Gourde qui passa une soirée à répondre à mes injonctions avec mon pointeur lasez depuis mon lit, alitée que j’étais encore à ce moment là. Qu’est ce qu’il faut pas faire, je vous jure !

Le fait d’épingler sur le drap permet de travailler à la verticale et d’avoir le recul nécessaire pour vérifier son travail. Et puis c’était une chouette déco pendant quelques jours ! Pas super pratique pour attraper les habits le matin par contre !

Assembler, sans tout mélanger

Une fois chaque carré placé, j’ai pu commencer l’assemblage. Ca coincidait pile avec la date que j’attendais tant : un mois avant mon terme, ce qui voulait dire que je pouvais à nouveau m’activer !

J’ai assemblé chaque carré à son voisin de droite, ligne par ligne, à 0,5 cm du bord en prenant soin de ne pas tout désordonner.  J’ai ensuite assemblé toutes les lignes ensemble en faisant attention à ce que les intersections tombent les unes en face des autres. Ce serait vous mentir que de dire que c’est le cas partout, je n’ai pas eu le courage de découdre pour recommencer. Oui, la Gourde est aussi une grosse feignasse. Il fallait bien que ça se sache un jour. L’étape la plus longue aura sans doute été celle du repassage de toutes les coutures ouvertes.

Matelasser… rapidement

Une fois tous les carrés assemblés, la date du terme approchait à grands pas. Je me suis rabattue sur du tissu déjà matelassé pour gagner un peu de temps et espérer pouvoir doubler la couverture avant que la miss ne pointe le bout de son nez. J’ai trouvé un matelassé double face chez Mondial Tissus plutôt chouette, blanc d’un côté, jaune de l’autre, avec des étoiles. Roule ma poule, je t’épingle, je te coupe. J’ai choisi le côté jaune visible, car sinon il se voyait trop par transparence au niveau des tissus les plus fins et les plus clairs.

Border… 6,60 m !

Il ne restait plus qu’à border la couverture. J’ai utilisé une bande de tissu gris pliée en deux, assemblée sur l’endroit de la couverture à la machine, puis rabattue sur l’envers… à la main.  Whaaat ? Oui, si tu calcules bien, ça fait 6,60m de couture invisible, mais rien n’était trop beau pour cette couverture ! J’y ai passé quelques après midi, Adèle est même arrivée entre temps, mais je ne regrette pas, c’est tellement mieux de ne pas avoir de couture visible. Regarde sur l’envers :

Pour celles et ceux qui voudraient se lancer, voilà une vidéo explicative de la technique utilisée (en Anglais, sorry).

La couverture est donc terminée, et je ne retiens pas le suspens plus longtemps :

TADAAAAAM !

Notez que vu la taille d’Adèle  comparée à celle de la couverture, on ne s’en sert pas pour la couvrir ! Nous verrons plus tard pour servir de grand tapis de jeu, mais l’ensemble est délicat à laver… Elle est donc sagement installée sur le lit une place de la chambre d’Adèle, attendant que quelques années passent avant de se glisser dessous.

(Pour celles qui sont venues prendre des cours à l’Atelier des Gourdes la première année, la chambre d’Adèle est dans mon ancien atelier!)

(Regardez au mur, c’est une des broderies envoyées par Markiki !)

Je vous montre la couverture plus en détail. Celles et ceux qui ont envoyé un carré s’y retrouveront.

En attendant que sa petite soeur grandisse, il y en a un qui ne se lasse pas d’explorer les différents tissus!

Et comme on le comprend !

Sur tous les tissus reçus, il n’y en a pas deux pareil, formidable ôde à la diversité, à la couleur, à la vie !

Je ne vous cache pas qu’il y a eu un peu d’émotion au moment de coucher Adèle sur la couverure, rencontrant enfin tous vos tissus, et par eux tous vos voeux. Vos courriers sont tous soigneusement stockés dans une grande boite attendant le jour où elle sera en âge de les lire.

Je tiens encore à remercier toutes celles et ceux qui ont pris le temps de fouiller dans leur armoire à la recherche d’un bout d’histoire à partager. Je formule ici le souhait que les voeux que vous avez envoyés à Adèle accompagnent tous ceux qui vous sont chers.

Gourdement à vous,

Anne

Me contacter