Masques : tout et son contraire

MISE A JOUR DU 29/04/2020 : l’AFNOR a publié une version 1.10 du document à laquelle j’ai participé. Les infos mises à jour sont en gras dans l’article.

Suite à la publication d’une version vulgarisée du guide AFNOR SPEC S76-001 parue sur mon site, je reçois énormément de messages, me demandant mon avis sur tel ou tel type de masque ou tel ou tel tissu. Vous avez été extrêment nombreux et nombreuses à visiter le site, faisant même sauter le serveur. Preuve que le sujet est au coeur de vos préoccupations et que celles et ceux qui veulent se lancer dans la confection de masques ne veulent pas le faire n’importe comment.

Télécharger le tuto pas à pas junior / adulte

mis à jour après publication de l’AFNOR SPEC S76 1.10 le 28/04/2020

Lien vers le guide sur le site de l’AFNOR

Lien vers l’article tuto masque AFNOR

🧵 Tuto 😷 - Masque AFNOR en tissu (patron gratuit norme AFNOR - COVID19) - L'Atelier des Gourdes

🧵 Tuto 😷 - Masque enfant 👦🏼 AFNOR à plis en tissu

Ne pouvant plus répondre à tout le monde (j’ai deux petits à la maison qui attendent leur maman !), j’ai essayé de compiler ici les réponses aux quelques centaines de questions que vous m’avez posées. Je relaie ici le fruit de mes lectures du guide AFNOR, et de réponses de spécialistes qui ont contribué à rédiger le document. Les choses vont très vite, peut-être pas assez vite à notre goût, mais elles évoluent. Voici l’état des connaissances et des recommandations au 1er avril (sans blague).

Quel patron utiliser ?

Il y a plein de tutos dispos sur Internet, plein de bonnes volontés calées en couture qui se sont penchées sur le sujet pour essayer de trouver une solution. Un peu comme j’ai essayé de le faire avec mon tuto du masque trois plis après avoir essayé de comprendre ce que pourrait être le masque parfait auprès de sages femmes, de kinés et d’infirmières. J’ai essayé de bien faire. Je fais machine arrière aujourd’hui, je m’en excuse.

On m’envoie aussi souvent des articles sur des masques qui ont été développés par des médecins, habitués des épidémies. Quand on lit le genre d’article, on se dit qu’on va coudre le même masque, bien sur, ça a l’air tellement efficace.

Les personnes qui ont écrit ces tutos ont évidemment des compétences que je ne remets pas en question ici (plus de couture d’un côté, plus de science d’un autre) MAIS… aucun de ces masques n’a été testé en laboratoire.

Voilà pourquoi je vous recommanderai toujours le guide pour masque barrière édité par AFNOR. Attention, je ne dis pas que les autres solutions ne sont pas pertinentes. Qui serais-je, petite couturière, pour valider un modèle plutôt qu’un autre ? Je dis juste que puisque c’est le boulot de l’AFNOR de faire ça, alors écoutons-les.

 

C’est quoi l’AFNOR et ce guide ?

L’AFNOR, c’est l’Association Française de NORmalisation. Je vous la fais très courte. L’AFNOR est la base du système français de normalisation. Ils “animent et coordonnent le processus d’élaboration des normes et […] promeuvent leur application”. (Source ISO.org) Le logo NF, par exemple, ça vous dit quelque chose ?

En gros, pour notre histoire de masque, ça veut dire qu’ils sont les seuls à pouvoir dire si l’usage de tel ou tel masque ou de tel ou tel tissu est efficace. Pourquoi ? Parce que c’est leur métier !

En un temps extrêmement réduit, ils ont édité un guide pour penser, coudre, et entretenir des masques barrière. Le document s’appuie sur des tests menés en laboratoire pour réussir à coudre un masque qui réponde à deux qualités : respirabilité et filtration des gouttelettes (= on peut respirer dedans + ça retient les postillons). Leur équipe est composée de spécialistes du matériel médical et bien sur de pros de la norme qualité.

C’est bien pour tout cela que leur document est une référence -- même si pour nous, qui débarquons dans le monde de la norme, c’est un peu compliqué à déchiffrer, je vous le concède.

Après si vous préférez suivre le tuto de tati Jeannine qui fait des masques au crochet, c’est votre choix. Mais ne venez pas me demander mon avis ! 😉

La base

Le masque proposé par l’AFNOR dans son document est un masque barrière, que l’on pourrait appeler plus simplement un masque anti postillons. Bah ouais, on en est là. L’idée, c’est de protéger les autres en leur évitant de recevoir nos projections et toutes les cochonneries qu’elles transportent.

EDIT DU 28/04/2020 : Il est rappelé que le masque protège l’environnement du porteur, mais aussi qu’il protège du contact avec les mains. Si on se touche moins le visage, on a moins de chance de faire voyager les virus de nos mains à notre corps. Et belle avancée, testée sur des masques que vous achèterez dans le commerce : certains masques, selon leur niveau de fitration, seraient aussi efficaces en protection contre les agents infectieux présents dans l’environnement. Cela ne fait pas de nos masques des FFP2, qui eux filtrent les particules de moins de 3 microns à 90%. Certains masques filtreraient au moins 30% de ces particules. Mais ce sont là des infos sur les masques produits à échelle industrielle, qui ont été testés. Les notres ne l’étant pas, on va se contenter de se dire que si ça filtre un peu les particules qui voudraient rentrer, c’est une bonne chose, mais qu’on n’a pour l’instant pas la recette magique pour les fabriquer à la maison.

Il ne remplace en rien la nécessité de respecter les gestes barrière. C’est un dispositif supplémentaire.

Au cas où vous viviez dans une grotte, les revoila :

Le masque barrière n’est pas à destination de personnes infectées ni au contact de personnes malades. Ce n’est pas un dispositif médical, ni un équipement de protection individuelle.

Alors c’est quoi ?

C’est mieux que rien !

 

Quel modèle coudre ?

Masque canards, CHU de Grenoble ou masque à plis ?

  • Le masque dit du CHU de Grenoble est décrié à cause de sa couture au milieu du nez/bouche/menton. Donc on oublie.

  • Le masque canard du guide AFNOR n’est pas réalisable pour nous, faute de bon matériel. (EDIT DU 5/04/2020 : à confirmer selon les dernières études de la DGA sur les matières. EDIT DU 28/04/2020 : Je cherche des infos pour confirmer ou pas)

Capture d’écan de l’AFNOR SPEC S76-001 version 1.10 (oui, c’est moi en photo !)

 

  • Le bon masque, réalisable par tous sans se rendre en mercerie est donc le masque à plis proposé par l’AFNOR. Vous en trouverez le patron sur le site de l’AFNOR

 

Capture d’écan de l’AFNOR SPEC S76-001 version 1.10 (oui, c’est moi en photo !)

 

Cela aura fait couler beaucoup d’encre et je ne peux que regretter d’avoir moi aussi contribué à coudre et partager des modèles qui n’étaient pas les bons. Pour autant, aurait-il mieux fallu rester assis dans son canap’ à rien faire ? Je ne crois pas. Ces masques valent mieux que rien.

Attention toutefois à leur respirabilité. Voir paragraphe sur les tissus.

Mais… il est moche !!

Oui, c’est comme un gilet jaune. Comme disait Karl, c’est “moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie”.

Alors oui, c’est tentant de modifier le tuto pour qu’on ne voit pas le surfil, en assemblant les deux tissus endroit contre endroit, en laissant un petit trou pour pouvoir retourner et en fermant la couture à la main. Oui, c’est tentant, moi aussi, j’y ai pensé, vous vous doutez bien. Sauf que ça prend plus de temps… Et du temps, je sais pas vous, mais moi j’en ai très peu depuis le début de ce confinement… Faut-il rappeler que ce guide est aussi et surtout à destination d’industriels et que la surjeteuse fait des miracles niveau rapidité.

Niveau technique, ça a aussi son importance, puisque le fait de coudre endroit contre endroit et de retourner ajoute une épaisseur, et rend donc peut être le masque plus rigide à ces endroits.

Bien sur, les couleurs et les motifs de tous les beaux tissus que vous avez rendront le masque plus joli. Attention toutefois à respecter certaines consignes dans le choix du bon tissu :

Quel tissu utiliser ?

Je suis en contact avec l’AFNOR où je contribue à animer une des 4 communautés internes mises en place pour accompagner les utilisateurs et améliorer le guide. La recherche sur les textiles avance au fur et à mesure que le laboratoire de tests, les fabricants de masques et les “Afnoriens” progressent. Pour être tout à fait honnête, on ne sait pas, pour l’instant, quel est le tissu miracle à utiliser.

EDIT DU 28/04/2020 :

Le document AFNOR est surtout destiné aux industriels. Les recommandations en termes de matériaux sont mises à jour régulièrement via des liens accessibles depuis le document. La base de données des matières IFTH qui partage les résultats de la DGA évolue régulièrement. Problème : les dénominations de matériaux sont bien difficiles à comprendre. Au début on parlait de tissu 120 fils, puis de popeline 145g, il est bien difficile de s’y retrouver !

Regardons les qualités que doivent avoir nos matériaux :

Deux performances sont mesurées : la filtration et la respirabilité. Pas si simple de trouver l’équilibre entre les deux.

Les masques sont classés en deux catégories selon le niveau d’efficacité des matériaux utilisés.

-- catégorie 1 : composés de matériaux filtrant + de 90% des projections de 3 microns. Ils sont destinés aux professionels en contact avec le public.

-- catégorie 2 : composés de matériaux filtrant entre 70 et 90% des projections de 3 microns. Ce sont des masques à visée plus collective.

Des tests sont encore et toujours réalisés pour mettre à jour la liste du matériel jusqu’à trouver une combinaison de couches qui protègera un maximum et qui sera réalisable à la maison. Selon les résultats, on évoluera peut vers un masque à filtre, mais tant qu’on ne sait pas quel filtre domestique mettre, on ne s’emballe pas (et on ne met pas un filtre d’aspirateur qui représente un risque toxique sur l’air inhalé !) Acceptons d’avancer ensemble vers un monde masqués … mais avec précautions ! Ne confondons pas vitesse et précipitation.

Si on regarde le fait que vous êtes très nombreux à vouloir vous coudre des masques, je vous dirige vers un combo réalisable par tous, qui ne nécessite pas de matériel trop spécifique : le combo double couche de tissu coton.

Choisissez un tissu qui réponde à ces 3 critères (et si ça n’y répond pas, on oublie) :

  • 100% coton

  • maillage serré

  • épaisseur moyenne

Un tissu souple pour bien plaquer le visage, et épais à la fois pour éviter les projections. Souple et solide à la fois, chantaient les Inconnus. Visionnaires ! Pensez aussi à celui ou celle qui portera le masque, le tissu doit être agréable au toucher.

Oui, c’est vague. Du drap, une taie d’oreiller, une housse de couette, par exemple, cela fait bien l’affaire. Attention à ne pas utiliser un tissu trop vieux, son maillage serait moins serré et il filtrerait moins bien.

On sait ce qu’il ne faudrait pas par contre ! On oublie jean, tissu d’ameublement, tout ce qui n’est pas 100% coton. On oublie aussi les matières un peu louches type rideau de douche, toile cirée, …

 

Doit-on mettre un filtre ?

Certains d’entre vous veulent aussi réaliser un masque trois plis, à filtre, comme celui que j’avais proposé la semaine dernière. Le souci est qu’on ne sait pas trop quoi mettre dedans au regard du fameux guide AFNOR. Les combos avec inserts sont bien tentants mais c’est une dénomination qui n’a pas, pour l’instant, au sens de l’AFNOR, son équivalent dans nos maisons. En d’autre termes, on ne va pas se coller une serviette hygiennique ou un filtre à aspirateur en se disant que ça filtrera quoi qu’il advienne. Il faut aussi penser au risque que l’on prend pour soi au niveau de l’air qu’on inhale. EDIT DU 28/04/2020 : Il n’y a pas, à ce jour, de proposition avec filtre dans le guide AFNOR. L’utilisation de filtres à café et sac d’aspirateur est déconseillée (voir annexe A).

Bien sur, j’ai moi aussi lu les excellents articles de Couture et Paillette, mais tant que le feu vert n’est pas donné par l’AFNOR, alors il faudra se contenter de ce que nous savons à ce jour (et cela évoluera bien sur).

Combien de couches de tissu ?

Deux sont préconisées. Je n’ai pour l’instant pas confirmation que trois couches valent mieux que deux.

Pourquoi ? Parce qu’avec deux couches, on est sur de bien respirer. Avec trois couches, ça peut-être plus dur. A tester… Si quand vous montez l’escalier, vous avez du mal à reprendre votre souffle, deux options : Soit c’est que votre masque n’est pas assez respirant. Soit c’est qu’il faut vous remettre au sport !

EDIT DU 28/04/2020 : Blague à part, deux ou trois couches, c’est un point qui reste en suspens. C’est bien délicat de trancher à distance quand il y a autant de couturiers que de tissus différents…

 

De l’élastique ou du ruban ?

Pour attacher les masques, deux propositions sont faites : élastique ou ruban.

L’élastique donne au masque l’avantage d’être très vite mis mais on n’en a pas toujours chez soi. La version avec attache derrière les oreilles consomme moins d’élastique de la version sur la tête (2x20 cm contre 2x35cm). En ces temps où les élastiques peuvent venir à manquer, on essaie de faire des économies. Pensez aux rayons mercerie des supermarché, aux élastiques des enfants au rayon jouets, ou bien troquez vos masques contre de l’élastique auprès des gens à qui vous les donnez.

Du ruban, du biais, ou un moreau de tissu plié en deux et surfilé (point zig zag si on n’a pas de surfileuse) feront aussi bien l’affaire.

Et si on se sent créatif/créative : une bande d’un ou deux cm de large dans du tissu jersey (le tissu d’un t-shirt), ou coupée dans un collant peut aussi faire l’affaire. Un ou deux centimètre ? cela dépendra de l’épaisseur de votre tissu.

Je vous explique tout ça dans un nouvel article dispo ici :

coudre des masques sans élastique

Quel type d’attache ?

A vous de choisir ! Sur la tête ou derrière les oreilles. J’ai une préférence pour sur la tête, car ça a tendance à faire mal derrière les oreilles à force.

Masque pour enfant ?

EDIT DU 28/04/2020 : C’est LA nouveauté de ce document. Suite aux annonces d’Edouard Philippe hier, on est bien contents d’avoir un guide pour coudre des masques pour les juniors. J’ai participé à l’élaboration de ce patron au niveau de l’AFNOR -- et mon petit Léon a servi de cobbaye !

Oui, je sais, il y a de ça un mois, on disait que le masque pour enfant était dangereux car ils pouvaient mal respirer dedans et que ça pouvait engendrer de l’asthme. Cette mise en garde ne disparait pas pour autant, je vous invite à lire l’article complet sur les masques pour enfants.

Comment mettre, utiliser, enlever et laver un masque

En ces temps troublés, des personnes qui n’ont jamais porté de masque de leur vie sont amenées à en porter. Il est donc important de sensibiliser à la façon de l’utiliser. Je sais que certains utilisateurs les portent deux jours de suite, ce qui est clairement à éviter. N’hésitez pas à joindre une petite fiche d’utilisation aux gens à qui vous les donnez pour qu’ils les protègent vraiment.

Je vous invite à lire la notice de l’AFNOR à ce sujet. Elle est très complète -- et digeste !

Je laisse la parole à l’OMS :

  • Avant de mettre un masque, se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon
  • Appliquer le masque de façon à recouvrir le nez et la bouche et veiller à l’ajuster au mieux sur votre visage
  • Lorsque l’on porte un masque, éviter de le toucher; chaque fois que l’on touche un masque usagé, se laver les mains à l’aide d’une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon
  • Lorsqu’il s’humidifie, le remplacer par un nouveau masque et ne pas réutiliser des masques à usage unique
  • Pour retirer le masque: l’enlever par derrière (ne pas toucher le devant du masque); se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon

ET je complète, selon le document de l’AFNOR :

  • Se laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique
  • Le masque barrière doit être lavé chaque fois qu’il est souillé, mouillé ou mal positionné sur le visage. Il convient de ne pas le mettre en position d’attente sur le front ou sur le menton pendant et après utilisation.
  • Durée de port : 4 heures maximum.

Entretien

Toujours selon le guide AFNOR :

  • Laver le masque comme suit : Cycle complet de lavage de 30 minutes minimum, à 60°.
  • Le lavage des masques barrière peut se faire avec des vieux draps en machine afin de garantir l’aspect mécanique du lavage
  • Il est recommandé un séchage complet du masque dans un délai inférieur à 2 heures après sortie de lavage. L’idéal étant d’utiliser un sèche linge (attention à bien nettoyer le filtre)

 

Un doute ?

Je ne peux malheureusement pas me glisser dans vos armoires à tissu ou regarder par dessus votre épaule quand vous cousez. Alors faute de mieux, choisissez un tissu tissé serré, cousez un seul masque et essayez-le.

Portez-le à la maison, et interrogez vous sur sa respirabilité, son confort, la longueur de ses attaches.

Le masque doit être étanche. Vous pouvez tester l’étanchéité du masque à la maison : Installez le masque sur votre visage et couvrez-le d’un film plastique. A l’inspiration le masque doit se plaquer sur le visage. Le modèle à plis proposé par l’AFNOR plaque beaucoup mieux que les autres modèles cousus.

Et vous ferez mieux au coup d’après, j’en suis sure !

Une fois le bon tissu trouvé, lancez-vous pour en coudre pour votre entourage.

Et quand tout sera derrière nous,

on sera fiers de se dire qu’on n’est pas restés

assis sur le canap à ne rien faire

contre ce satané virus.

Force et robustesse, on l’aura !!

 

A LIRE AVANT DE COMMENTER !!

Le confinement avec deux enfants en bas âge est une expérience intense et malheureusement le temps me manque un peu pour répondre aux très nombreux messages que je reçois.
Quelques pistes :
-> Pour les personnes qui souhaitent des masques, je ne les vends pas. Rapprochez vous de groupes de Solidarite près de chez vous ou de couturières. La plateforme mise en place par l’AFNOR peut aussi vous être utile.
-> Pour ceux qui cherchent des infos sur les masques :
Je vous invite à lire l’article du tuto initial mis à jour depuis la version 1.1
Si vous voulez revoir comment faire des liens en t-shirt et apprendre d’autres astuces de couture, consultez cet article : https://latelierdesgourdes.fr/elastique-masque/
Je vous encourage aussi à consulter la FAQ éditée par l’AFNOR qui est régulièrement mise à jour.
N’hésitez pas à partager vos réalisations sur les réseaux sociaux @latelierdesgourdes #latelierdesgourdes #masqueafnor
->>> Les commentaires seront lus avec plaisir mais resteront sans réponses. Dans l’état actuel des connaissances, vous savez tout. Je n’aurai rien de plus à vous apprendre par message.
Prenez soin de vous et de vos proches.
Gourdement,
Anne

284 réflexions au sujet de “Masques : tout et son contraire”

  1. Bonjour, Je vous remercie pour cet article, J’aimerais savoir les consignes pour le nettoyage des masques grand public a la main dans les pays où la majorité de la population ne dispose pas de machine à laver

    Répondre
  2. de très bon articles merci , j’ai aussi fait les masques afnor (et autres au début), je prépare le plis autrement ( point d’arrêt + fer)voilà au plaisir de vous relire. blog C’surMesure.caroline

    Répondre
  3. Bonjour,
    Je me doute que vous devez être submergée de demandes mais je souhaiterais faire des masques barrières avec de la popeline bio 115g/m2 et 120g/m2 qui est composée de 88 fils /cm². (57 fils chaîne/cm + 31 fils trame /cm).
    Pensez vous que cela répondrait aux critères de l’Afnor en l’utilisant en 2 couches ou alors en trois couches.
    Je ferai connaître votre réponse à d’autres couturières et aux magasins tissus bio qui en vendent (notamment bio tissus) pour qu’ils partagent l’information.
    Merci de ce que vous faites et peut-être pour votre réponse si vous avez le temps et prenez soin de vous.

    Envoyé depuis mon mobile Huawei

    Répondre
  4. Bonjour, moi aussi je cherche une solution pour insérer une barette métallique pour les lunettes. Quand je lis votre commentaire, c’est une bonne idée mais comment faites-vous pour enlever votre barrette pour le lavage du masque ? Je vous remercie pour votre réponse. Bonne journée.

    Répondre
  5. Bonjour,

    Je porte des lunettes et je voudrais savoir comment faire pour insérer une barrette métalliques si l’on respecte bien la conception du masque avec la norme AFNOR ? Je suis obligée de surfiler qu’une partie du haut du masque ? Comment faites-vous ?

    Répondre
  6. Bonjour,
    Votre blog nous aide bien. Ce n’est pas évident de s’y retrouver pour la fabrication de masque. J’ai essentiellement de la cretonne classique (100% coton – 140g/m2 – avec motif) et de la toile de drap (57 fils uni).
    En regardant la liste des combinaisons possibles sur la base de données AFNOR j’ai vu que 2 couches cretonnes 150g/m2 n’étaient pas valide en masques barrière donc ma cretonne…..pfff! Tandis que 2 couches toile à draps c’est bon.
    Par contre pas de test de combinaison cretonne/toile à drap donc je ne sais pas si je peux faire 1 couche cretonne + 1 couche toile ou 1 couche cretonne + 2 couches toile.
    Parce que dans un cas comme dans l’autre, je peux avoir un masque qui ne protège pas suffisamment ou un masque irrespirable (quoique….).
    J’ai une amie qui me demande de lui coudre quelques masques. Les motifs donnant de la gaité, je vais être obligée de lui dire que ce sont des masques “mieux que rien” mais pas catégorie 2.

    Répondre
  7. Bonjour, jai cousu le masque propose, seul problème : il est trop grand pour moi…. sur le cote, sous le menton bref la totale (pourtant je fais 1m65….) puis je le refaire en 18×18 ?

    Répondre
  8. Bonjour j’ai du tissu jersey coton (95% coton 5 % élasthanne) je voulais savoir si je pouvais l’utiliser pour la 1 couche et 1 drap 100% coton pour la 2ème couche? merci pour votre réponse.

    Répondre
  9. je vous remercie pour votre très beau tutoriel. Quand je fais ma couture sur le haut, j’insère ma tige métallique et rendu à ce point je fais un aller-retour avant de reprendre ma couture et même chose à la fin de la tige. ça sauve du temps

    Répondre

Envie de laisser un message à propos de cet article ? c'est à vous !